Titre blanc

LES VACANCES DE MONSIEUR HULOT A LʼECRAN

Le 25 février 1953-LES VACANCES DE MONSIEUR HULOT À L ÉCRAN-11953, le film est à lʼaffiche des cinémas parisiens et, quelques jours plus tard, sur les écrans de province.
Le succès public est confirmé par le prix de la Critique au 6e Festival de Cannes et le Prix Louis Delluc qui distingue le meilleur film Français de lʼannée.
En tant quʼacteur, Tati  reçoit le Prix Fémina à Cannes puis, quelques mois plus tard, le Grand Prix du cinéma français de la meilleure
interprétation masculine.

Projeté à Saint-Marc le film y reçoit un accueil mitigé. Les Saint-Marcois, qui en étaient restés au souvenir laissé par le visionnage de Jour de Fête, sont un peu désemparés : “Nous nous attendions à un film burlesque”.
Tati : “Je n'ai pas voulu faire du burlesque mais un film dʼobservation”

1953-LES VACANCES DE MONSIEUR HULOT À L ÉCRAN-2 En perdant son prénom pour acquérir un patronyme, le nouveau personnage imaginé et incarné par Jacques Tati est en effet très différent de François le facteur.
Jacques Tati : “Hulot n'est pas débrouillard comme Charlot, agressif comme les Marx Brothers.
C'est un lunaire -même dans sa démarche-, un distrait, un dévoué, un maladroit, un tendre, une sorte dʼaristocrate. Sa haute taille constitue une cible, elle attire lʼinsolite comme le paratonnerre la foudre”
 Tati intègre toutefois dans Les Vacances un des ingrédients du film burlesque : la course-poursuite. Il sʼagit de la scène du feu dʼartifice où Hulot court après les fusées et le système dʼarrosage.

Monsieur Hulot doit son nom à l'architecte de lʼimmeuble quʼhabitait Tati (lettre à un autre homonyme, le concierge du lycée Gassendi de Digne) et certains éléments de son caractère à un certain Lalouette connu par le réalisateur au service militaire.1953-LES VACANCES DE MONSIEUR HULOT À L ÉCRAN-3

Monsieur Hulot ne demanderait pas mieux que de sʼintégrer à la clientèle qui se retrouve chaque été à lʼHôtel de la Plage. Mais sa spontanéité, sa vitalité, sa maladresse, et aussi son caractère facétieux, vont perturber le fonctionnement de cette micro-société figée dans ses convenances.
Seuls les quelques adultes en lisière de cette micro-société -le vieux monsieur, lʼAnglaise et lʼéquivoque Martine- et les enfants se réjouissent de la présence de Monsieur Hulot qui vient contrarier lʼennui attendu. Ils nʼauront, écrit Tati, “jamais passé de vacances aussi amusantes”.
Dans Les Vacances de Monsieur Hulot, Jacques Tati met en scène des gags qui renvoie à son passé de pantomime au music-hall et aux courts- étrages auxquels il a participé : ainsi la partie de tennis (Impressions sportives, Oscar champion de tennis) le piquenique (Gai dimanche, avec le clown Rhum), et bien sûr lʼimage du Centaure photos du film qui rappelle la critique  logieuse de Colette parue dans Le Journal en juin 1936 et dont Tati sʼinspirera pour composer lʼaffiche de sa tournée 1937-1938. Le film reçoit un accueil triomphal à lʼétranger : en Grande-Bretagne où Mr Hulot Halidays reste plus de six mois à lʼaffiche du Curzon, le plus chic cinéma de Londres, aux USA où Tati fait lʼobjet dʼun reportage dans Life.

Les Vacances décroche la place du plus grand succès dʼun film français sur le territoire américain, détenue depuis quinze ans par La Femme du Boulanger de Marcel Pagnol.
Le film va donner la matière à un roman écrit par le jeune Jean-Claude Carrière, roman qui sera illustré par Pierre Etaix livre et dessins de P. Etaix.
De nombreux cinéastes lui rendent hommage dont Woody Allen,Buster Keaton et François Truffaut qui fait figurer Monsieur Hulot dans son film "Domicile conjugal"1953-LES VACANCES DE MONSIEUR HULOT À L ÉCRAN-5

séparation